L’arithmétique dans la vie familiale des années 60

Je voudrais dormir mais le sommeil ne vient pas, même en comptant des lamas…
Je décide donc de prendre un livre plus ou moins au hazard – j’attrape un vieux manuel scolaire d’Arithmétique, en me disant qu’il est probablement bien soporifique.

En fait non, j’ai fini par complètement me réveiller. Et ce n’est pas la faute de la vision de Dieu dans les maths modernes puisque ce livre date de 1964. C’est la faute des exercices sexistes.

Bon, le bouquin date d’à peine 20 ans après l’obtention du droit de vote des femmes en France – je ne devrais peut-être pas être si surprise des stéreotypes véhiculés dedans. Mais je suis au courant que ce problème de representation des femmes dans les manuels scolaires de mathématiques persiste aujourd’hui, voir par exemple l’étude « Égalité femmes-hommes dans les manuels de Mathématiques, une équation irrésolue ? Les représentations sexuées dans les manuels de mathématiques de Terminale » du centre Hubertine Auclert.

Voici quelques extraits de ce qu’on peut lire en feuilletant les problèmes de récapitulation du livre « Arithmétique cours supérieur par une réunion de professeurs » publié en 1964 par la Librairie Générale de l’Enseignement Libre, 77, rue de Vaugirard, Paris VI. N° 152 E et arrivé àma bibliothèque on ne sait pas comment.

Problèmes de recapitulation
226. Un boulanger[…]
228. Un petit commerçant[…]
243. Une ménagère veut faire des confitures[…]
244. Une ménagère reçoit six personnes[…]
281. Dans une famille composée du père, de la mère et de 4 enfants de moins de 15 ans, le père est le seul à travailler[…]
297. Un médecin a soigné votre maman gravement malade[…]

En fait, ce qui m’a le plus géné c’est que dans les exercices du chapitre « Vie Familiale » il n’y a quasiment que des ménagères et des mères de famille, alors que dans le reste du livre, en tout cas en lisant en diagonale, je n’ai vu que des formulations neutres ou au masculin. Je me suis alors rappellé de l’étude sus-citée et je m’en veux tout à coup de ne pas avoir vérifié le manuel de mathématiques de ma grande.

Le côté texte du format svg

SVG, c’est un format d’images vectorielles léger et utilisé un peu partout sur le net. En plus de ses qualités pour le web, c’est un format accepté par beaucoup de découpeuses laser.

C’est justement en travaillant avec un collègue sur la préparation des fichiers pour la découpe que j’ai compris qu’il s’agissait d’un format textuel. A vrai dire je n’avais jamais creusé le sujet auparavant. Je prenais pour évident que si tout le monde travaillait le svg avec des interfaces graphiques, c’est que c’était la bonne façon de faire.

Travailler en  interface graphique  sur des fichiers qui sont nativement dans un format de texte pose problème car on ne garde pas la main sur tout ce que le fichier contient. A force de faire du WYSIWYG (what you see is what you get), on peut se leurrer et penser WYSIWAG (what you see is all you get).

SVG n’est pas un format WYSIWAG. Par exemple le texte des trois fichiers SVG suivants qui seront affichés exactement de la même façon laisse voir que l’un de ces trois exemples est très différent des autres.

<?xml version="1.0"?>
<!DOCTYPE svg PUBLIC "-//W3C//DTD SVG 1.1//EN"
"http://www.w3.org/Graphics/SVG/1.1/DTD/svg11.dtd">
<svg version="1.1" viewBox="-10 -10 280 250"
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg">
<path fill="none" stroke="red" d="M   0,  0 
C   0,0     0,100   0,100 C   0,100  30,100  30,100 
C  30,100  30,200  30,200 C  30,200  30,230  30,230 
C  30,230 130,230 130,230 C 130,230 130,200 130,200 
C 130,200 230,200 230,200 C 230,200 260,200 260,200 
C 260,200 260,100 260,100 C 260,100 230,100 230,100 
C 230,100 230, 0 230, 0 z"/></svg>

Chemin absolu en SVG

<?xml version="1.0"?>
<!DOCTYPE svg PUBLIC "-//W3C//DTD SVG 1.1//EN" "h
ttp://www.w3.org/Graphics/SVG/1.1/DTD/svg11.dtd">
<svg version="1.1" viewBox="-10 -10 280 250"
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg">
<path fill="none" stroke="red" d=  "M   0,  0 
c 0,0   0, 100   0, 100 c 0,0  30,  0  30,  0 
c 0,0   0, 100   0, 100 c 0,0   0, 30   0, 30 
c 0,0 100,   0 100,   0 c 0,0   0,-30   0,-30 
c 0,0 100,   0 100,   0 c 0,0  30,  0  30,  0 
c 0,0   0,-100   0,-100 c 0,0 -30,  0 -30,  0 
c 0,0   0,-100   0,-100 z" />
</svg>

Chemin relatif en SVG

<?xml version="1.0"?>
<!DOCTYPE svg PUBLIC "-//W3C//DTD SVG 1.1//EN" "h
ttp://www.w3.org/Graphics/SVG/1.1/DTD/svg11.dtd">
<svg version="1.1" viewBox="-10 -10 280 250"
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg">
  <polyline fill="none" stroke="red"
            points="  0,  0 
                      0,100  30,100 
                     30,200  30,230 
                    130,230 130,200 
                    230,200 260,200 
                    260,100 230,100 
                    230,  0   0,  0" />
</svg>

Polyligne au format SVG

En effet la figure dans polyline.svg est faite de « vrais » segments de droite, alors que dans les deux autres exemples les pièces dont la figure est construite sont des splines. On a tout fait pour que ces splines aillent tout droit, du coup l’image obtenu a la même tête dans les trois exemples. Mais moralement ce n’EST pas la même image.

Le cercle rond e(s)t le cercle plat

○≈

Eh, oui, topologiquement un cercle est un segment de droite avec les extrémités identifiées. Rien n’empêche donc de le dessiner comme un segment ce qui est souvent bien pratique (il est plus facile de tracer une ligne plus ou moins droite qu’un cercle).

En 2011, quand Sylvie m’avait parlé pour la première fois de l’ordre de Sharkovskiy, elle avait commencé par dire: “système dynamique sur le cercle” tout en dessinant un segment sur le tableau… c’était le début d’une belle aventure. Merci Sylvie!