Les oies reviennent

Yuku hito ni
Todomaru hito ni
Kitaru kari

Natsume Soseki

Cela fait un an que mon directeur de thèse est parti. Je manque de mots pour décrire ce ressenti d’incongruence que l’on ressent lorsque l’on a perdu quelqu’un et que malgré cela le va-et-vient de notre vie à nous continue. Je manque de mots alors je cite tout simplement un haïku.

Pour ceux qui sont partis
Pour ceux qui sont restés
Les oies reviennent.

traduction de Paul-Louis Couchoud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s